Danaë ou la pluie d’or

Danaë ou la pluie d’or

« Danaë ou la pluie d’or » est un thème baroque mythologique. Je l’ai repris en dessin sur Arches gaufré préalablement en ellipse ou cercle. Le travail se présente sous cadre italien doré au laiton et les dessins sont rehaussés de vraies feuilles d’or et gravé dans les surfaces noires à la pointe d’eau forte.

Collage au carré

Collage au carré

Des chutes d’atelier construisent des compositions à 3 D dans un format carré.

Découpes

Découpes

La peinture est découpée, avec des parties en relief et elle décroche du mur.

Armoiries pour le bleu du ciel

Armoiries pour le bleu du ciel

Ces blasons imaginaires ont une légende héraldique indiquée au verso, comme « Ciel bleu d’automne avec deux nuages pour deux amoureuses… » Ces pièces font partie du livre d’artiste « La Princesse bleue ».

Gaufrage

Gaufrage

Des formes découpées dans du carton créent ces gaufrages, dessinés ensuite au graphite avec gravure à la pointe sur Arches.

Rêve de pierre

Rêve de pierre

Du bloc brut à la pierre de taille : un rêve de tailleur de pierre, d’appareilleur ou de dessinateur. Ou bien est-ce la pierre à peine dégrossie qui rêve d’un devenir architectural ? Collections Musée Rigaud, Perpignan.

Planches, relevés, études

Planches, relevés, études

Dessins à tendance pseudo-scientifiques, en réalité très fantaisistes. Les règles encyclopédiques apparentes, chargent de vérité représentative des utopies ou des fragments de monde purement imaginaire.

Les Tondi

Les Tondi

Bouts de ciel, planètes, la forme circulaire du tondo amorce un lien avec le cosmos.

Voûtes

Voûtes

Les Voutes exécutées après les Archéologies sont des dessins de ciels nocturnes en forme de globe. (cinq pièces)

Port Vendres

Port Vendres

Photographies prise à Port-Vendres sur les quais. Certaines sont éditées dans le livre d’artiste : ZONE=ZONA, texte de V. Oncins, trad. Mll. Sabater, éd. 2+3=5 (coll. musée H. Rigaud).

Rabattements

Rabattements

Parfois il faut tailler dans la couleur et les rythmes pour bousculer le travail, le mettre en position d’écroulement et puis redresser le tout. Les Rabattements fonctionnent sur ce principe d’une prise de risque obligée. (Une trentaine de pièces du même format sur BFK Rives).

Archéologies

Archéologies

Les Archéologies, dans la série des Nocturnes, sont des utopies, des espaces imaginaires avec dessin d’ensemble et plan. (cinq pièces)

Tondi

Tondi

Tondo : c’est l’espace du cercle, rien à voir avec tous les autres. J’ai réalisé une dizaine de tondi en peinture avec des découpes et des rabattements. (Plusieurs diamètres. Papier marouflé sur toile).

Suite aux Nocturnes

Suite aux Nocturnes

Dessins au graphite et crayon avec empreinte et estompe sur papier Hahnemühle. La représentation affleure avec des formes de pierres ou reste dans une non révélation. Cette représentation laissée en suspens m’intéresse beaucoup. Elle intervient souvent dans mon travail comme dans ces différentes séries : Matière à mémoire, Fragment d’apparaître, fil du temps, globe… (une vingtaine de pièces)

Carcasses

Carcasses

Carcasses et autres écrabouillés. Il y a les boulots loupés… qu’en faire ? Les ressortir de la poubelle et les photographier au soleil. (Vingt six prises de vue).

Anatomie du cachalot

Anatomie du cachalot

Il s’agit de planches d’anatomie utopique, celles d’un cachalot imaginaire qui devient un espace d’élevage in vitro si on en croit les légendes. Ces dessins semblent réveillés par des réminiscences d’images médicales diverses (échographies actuelles, lithographies médicales du 19 ème) et par le souvenir de mes études d’anatomie qu’il me fallut graver dans ma mémoire quand je faisais des études d’art à Paris, entre 1966 et 68.

Éclats et inventaires

Éclats et inventaires

Être au bord de la mer, ramasser plein de choses, les poser sur sa planche à dessin et tenter de saisir l’éclat du monde pendant des heures, sur une page qui semble encyclopédique mais qui pourtant reste chargée d’imaginaire. Observer ou rêver ? Rêver finalement. Le temps du dessin est de la pure rêverie. (Trois pièces sur Arches 88).

Les règles

Les règles

Cette série de dessins est exécutée sur un support spécial, blanc comme du marbre, lisse comme du vélin. Le format allongé est jalonné de formes improvisées qui ressemblent à du coquillage, des formes végétales, des drapés en turban, des cailloux… sorte de divagations réalisées au fil du crayon. Les plus part des supports ont 1,5 cm d’épaisseur, entre 3 et 4 cm de largeur et des longueurs variables (maximum : 90 cm).

Antres

Antres

Ouvrir un livre de chirurgie traduit du latin au 18ème siècle. S’émerveiller de cette langue si parfaite qui raconte ou décrit des choses horribles. Récupérer des pages du livre déjà incomplet, scalper le texte et les feuillets et mettre en relief des formes de nerfs, des figures organiques, des « antres ». (Cinq pièces).

Les bords de la nuit

Les bords de la nuit

À l’origine de cette série de peintures, il y a la vision d’un ciel vu d’une cour bordée de tuiles avec différents états du bleu allant vers la nuit. C’est un paysage vu depuis le bas en levant la tête. Format 120 x 80 cm (9 pièces en tout).

Grands formats

Grands formats

Le papier torchon des papeteries Montgolfier (Annonay), dit « à la forme » ou « à la cuve », existe dans un format de 160 x120 cm en aquarelle d’Arches ou en Rives. C’est le format de mes plus grands dessins. Parfois il y a des combinatoires avec des pièces de bois appuyées contre la feuille et qui dialoguent avec le dessin et la peinture, sorte de trait initial de ces compositions qui s’appuient contre le mur (cf. «Incertain n’est pas dessin» article in X l’œuvre en procès, éditions La Sorbonne

Les attributs de la Passion

Les attributs de la Passion

Sète. Les attributs de la Passion. Certaines photographies ont été éditées dans le livre Biblos, texte de R. Pons, éd. GSB.

Collages 3D

Collages 3D

Le collage m’est venu en reconstruisant un travail détérioré dans mon atelier de Rivières de Theyrargues. J’aime les chocs que produit ce procédé du collage, celui de rapprochements de plans plus ou moins abrupts et, assez vite, je l’ai tenté en profondeur, à trois dimensions (cf. Biennale du design, Saint-Étienne, conférence éditée dans l’ouvrage L’art du recyclage).

Les blasons

Les blasons

Les armoiries ou blasons sont des compositions de petites dimensions, souvent précieuses, proches de l’enluminure. Elles permettent une approche du paysage plus symbolique et dont j’invente alors les codes. Je réalise ainsi des séries de blasons soit pour un folio comme la série « Blasons pour un chevalier », soit pour des déclinaisons du temps ou des saisons, comme « Les armoiries pour le bleu du ciel ».

Océans

Océans

Quand j’avais un atelier au bord de l’océan, dans les Landes, j’ai fait cette série de dessins d’un format 60 x 40 cm. La ligne d’horizon a trois positions et les dessins sont combinables à l’infini.

Le livre des explorateurs

Le livre des explorateurs

Atlas imaginaire d’une trentaine de planches. L’idée de cette série m’est venue en redécouvrant un vieux livre de géographie d’avant-guerre. J’ai photocopié sur transparent pour rétroprojection certaines de ses images (photographies et cartes), en les posant ensuite sur du vélin Lana, et en les rehaussant de mon propre dessin.

TGV

TGV

Prises de vue entre Paris/Lyon. Éditions dans les Cahiers intempestifs (numéro Limites) et aux éd. GSB (Chanson d’acier avec R. Pons).

Autoportraits

Autoportraits

Durant une an, j’ai dessiné une série d’autoportraits en me regardant dans le miroir et en essayant de me projeter trente ou quarante ans plus tard. J’avais trente cinq ans et je me dessinais dans un futur imaginaire, sous différents travestissements en référence à d’autres autoportraits de l’histoire de la peinture (cf. plusieurs ouvrages édités par l’université de Saint-Étienne : Figures de la répétition, L’Euphorie, Le portrait en abyme...).

© Jacquie Barral, tous droits réservés.